Un message, un manteau et un jeu

bombe17

L’autre jour j’ai reçu un message sur mon portable. Vous me direz, ce n’est pas hyper original, des messages tout le monde en reçoit à un moment ou à un autre. Mais ce message-là était différent des autres. En effet, certains textes ne laissent aucune place l’imagination ou à l’interprétation, par exemple, quand on reçoit : « je t’attends devant la gare à 15h », il y a de fortes chance pour qu’à 15h, ladite personne vous attende devant la fameuse gare. Ce n’était pas le cas du mien.

Mon message provenait d’un individu de sexe masculin, le Revenant, et il disait : « T’es sûre que tu ne veux pas passer chez moi ? J’ai besoin d’un avis sur un manteau que je viens de recevoir » … Je ne sais pas…peut-être que ça ne tourne pas bien rond dans ma petite tête, peut-être que je me fais mes films dans mon imaginative caboche, ça ne serait pas la première fois que cela m’arrive, mais tout de même. Quand j’ai lu ça, je me suis posé LA question. Et aujourd’hui encore, je me demande si elle était légitime ou pas. Mais je me dois de replacer ça dans le contexte.

Le Revenant est un ex que je n’avais pas vu depuis 7 ans. Il est le premier amour, c’est un fait, mais à  mes yeux, aujourd’hui, il est surtout un copain avec qui je peux aller au cinéma chaque semaine et qui m’aide à rentabiliser efficacement ma carte UGC. Le Revenant, c’est le mec avec qui t’échanges des messages jusqu’à 3h du mat pour parler de la dernière exposition à laquelle il est allé et dont il te fait un compte rendu fin et intelligent. C’est le même gars qui ne donne plus de nouvelles pendant plusieurs jours, comme ça, sans explication, et qui revient te proposer une nouvelle sortie la semaine suivante. De compagnie et de conversation agréable, le Revenant est également un véritable mystère à mes yeux innocents, car il est passé maître dans l’art du « chaud-froid ». Par exemple, l’autre jour, avant un film, il commande un sandwich avec une dose massive d’oignons et d’ail et dit, tout sourire : « de toutes façons, je ne comptais pas t’embrasser ce soir » (sortie hautement troublante face à laquelle j’ai bien évidemment bredouillé : « ah…bah…ouais…bah…ouais…tant mieux ! ») (Ma brillante répartie ne m’est venue que deux semaines plus tard, comme c’est –trop– souvent le cas) Et puis, plus tard, dans l’obscurité de la salle de cinéma, le voilà qui laisse traîner sa main très longtemps sur mes doigts alors que je lui repasse son gobelet de soda. Attitude typique du Revenant qui, manifestement, s’amuse beaucoup à semer l’angoisse et le trouble dans ma petite tête.

On en vient à une semaine plus tard, au stade où je me dis que j’aurais dû répondre « Donc, les prochains soirs, je ferais attention à la composition de ton menu, ça me donnera des indices… » Et voilà que je reçois le fameux message du manteau. Je suis forcée de te prendre à parti, mon cher lecteur, ma chère lectrice…Maman ? Bref. Je suis forcée de te demander ton avis, toi, qui me lis. Tu reçois ce message d’un homme qui te propose de passer chez lui sous le fallacieux prétexte d’avoir ton avis sur un manteau, qu’est-ce que tu te dis, en toute logique ?  Et bien à titre personnel, moi, je me suis dit « Shut up ! Really ? » (Parfois, quand je suis seule, j’ai l’impression d’être dans une sitcom américaine low-budget à destination d’une population pré-pubère, et si je m’appelais Kelly, l’illusion serait presque parfaite) Alors, je me suis maquillée, j’ai fait un effort vestimentaire et j’y suis allée, vaille que vaille, et advienne que pourra, life is short, en mode YOLO, toi-même tu sais.

Donc me voilà, perchée sur mes talons, avec un sourire vague aux lèvres, je l’attends en tâchant de ne pas trop réfléchir au pourquoi du comment. Et voilà qu’il apparaît, sanglé dans un trench kaki (le célèbre manteau) et qu’il me demande : « Alors ? Je le garde ou pas ? ». Vous savez, c’est un de ces grands moments ou le terme de quiproquo prend tout son sens. Ces instants fabuleux où vous pensez que vous parlez d’un truc, alors qu’en fait, l’autre n’est pas du tout câblé pareil. Bah voilà, c’est ce que j’ai vécu, incertaine et intimidée, lorsque j’ai franchi le seuil de son appart. Si je devais résumer : J’ai bien regardé son manteau (un trench kaki qui lui donne un air de commandant militaire), j’ai donné deux trois conseils (je lui ai dit qu’il ressemblait à un commandant militaire), on a bu du martini et mangé du pâté en croûte en regardant des vidéos sur youtube. Et puis je suis sagement rentrée chez moi.

Sur le chemin j’y ai bien repensé. C’est à ce moment-là que je me suis dit que j’aurais dû répondre : « Sinon, je peux prendre des oignons et de l’ail aussi, comme ça, on sera à égalité, non ? » En d’autres termes, Game On. Puisque le Revenant est un fantôme farceur, je me suis dit que, moi-aussi, j’avais bien envie de rigoler un peu. La séduction est un jeu et lorsqu’elle ne porte pas à conséquence, elle est extrêmement divertissante. Le prochain message est pour moi, cadeau. Et à suivre, donc.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , ,

About sianama

Boulet retardé

5 responses to “Un message, un manteau et un jeu”

  1. Polina says :

    Apparemment, ton Revenant est le genre de personne qui aime vivre sa vie comme un roman, ou du moins comme une figure théâtrale, tant on peine à le cerner. Très joli billet, j’ai hâte de lire la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :