La fable du Lièvre et de la Bombe

bombe05

Pas plus d’un mois après avoir été la cible de l’oiseau de proie, j’ai fait un nouveau plongeon -raté- dans le grand bain. Rien n’était prémédité et aucune robe noire n’est à inclure dans l’anecdote qui va suivre. Deux données nouvelles, cependant. La première, c’est l’inscription idiote sur un site de rencontre idiot, la deuxième, c’est le réveil violent et inattendu d’une libido endormie depuis 8 mois (au moins).

Long story short, comme ils disent de l’autre côté de la Manche, de l’Atlantique et dans pas mal d’autres contrées, j’ai persuadé un type qu’avait l’air pas mal de me payer un verre, un soir à Odéon. Le mec arrive, effectivement, il n’est pas mal du tout. Docile, il me paye mon verre de blanc. Gentil, il rigole à mes blagues. Même les nulles. Charmeur, il tente la tactique du tactile. Je pourrais vous expliquer, mais je crois que l’intitulé est suffisamment parlant. Pas très finaud, il finit par s’adresser exclusivement à mon décolleté. Sur ce dernier point, je suis un peu déboussolée, je ne possède pas le décolleté le plus profondément bavard de la création. Mais soit, il a fait l’effort, et la planche à pain en moi s’en trouve bizarrement flattée. Nous sommes décidément bien peu de choses.

20h sonnent, il dit : « oh ben ça, comme le temps passe vite, je dois aller dîner avec mon oncle, je suis en retard! ». Sur le coup, je me dit, « ah oui, tiens, déjà 20h! » sans percuter que notre rencard n’avait débuté qu’à 19h, il me propose de me revoir, pour boire du champagne cette fois. Je suis d’accord. Je suis toujours d’accord pour du champagne. Puis il se carapate à toute vitesse. Je reste là, incrédule. Il se barre en courant. Ni une ni deux, je dégaine mon portable pour envoyer un message de circonstance : « merci pour le verre, à charge de revanche ». Puis plus rien. Et depuis. Rien. Premier date. 1 heure. Le type s’en va en courant. Rien. 10 jours plus tard, je renvoie un message : « tu n’aimes pas le champagne? ». Rien. Déception.

Soyons clairs, vous et moi. Je ne ne vais pas tourner autour du pot. Rappelez-vous ce que je vous ai dit au début de cette histoire. Faites un effort. Il était question de libido débordante. Vous y êtes? A ce garçon j’ai dit, mot pour mot : « je ne cherche rien de sérieux, je veux m’amuser », avec un sourire et les joues roses. Je le pensais. C’était pas une tactique louche pour l’attirer dans mes filets et revenir à la charge avec une alliance et la promesse de lui être fidèle éternellement. Très sincèrement, je crois que si le Lièvre (c’est son petit surnom) avait pu lire ce qui se passait dans ma tête pendant notre rendez-vous, il y a fort à parier qu’il n’aurait pas décampé. La bombe ne s’était pas encore clairement déclenché, mais le compte a rebours n’était pas loin de débuter. Je sentais cette chaleur qui s’emparait de moi petit à petit. Pour le dire avec des mots crus : dès que je regardais ses fesses, je me mordais les lèvres.

Il restera dans mes annales personnelles comme le mec qui s’est barré en courant au bout d’une heure sans que je n’y comprennes rien. Cette entrée de blog est un message glissé dans une bouteille jetée dans la mer des Internets. T’as un prénom de ville et t’habite dans la même ville (souviens-toi, je me suis même moquée de toi), mec, tu sais pas ce que t’as raté. Bien fait pour toi. Il n’empêche que c’est la première fois qu’un Lièvre me pose un lapin. Bravo.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

About sianama

Boulet retardé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :